Return to site

HISTOIRE D'EN PARLER

Rencontre avec l'artiste peintre Pascal Bloch

· arts,portrait,rencontre,créativité,festival somail

C'est bientôt le Festival "De l'Art et des Mots" au Somail, qui devient cette année "Artistes au Somail". Pendant trois jours, du 31 mars au 1er avril 2018, le charmant hameau au bord du canal du midi, près de Narbonne, accueille artistes, peintres, sculpteurs et photographes chez les habitants, commerces et jardins. L'occasion d'y croiser cette année Pascal Bloch, artiste peintre que nous avons rencontré dans son atelier. Plusieurs toiles appellent le regard dès qu’on franchit le seuil de la maison languedocienne : aquarelles, dessins, huiles.. Pascal Bloch vit depuis 2005 au cœur de Ginestas, dans le département audois. Le temps d’avaler deux ou trois cafés, et il nous invite à partager l’approche de son œuvre dont il dit avant tout : « Je ne sais pas ce qu’est l’Art ». Entrevue élégante avec un homme discret qui cultive avec modestie et brio l’art de se jouer des lignes classiques.

 

Il y a t-il eu des rencontres importantes qui ont joué un rôle décisif dans votre manière d’aborder la peinture ?

J’ai baigné dès l’enfance dans un environnement artistique : dans le Val d’Oise, mes deux parents peignaient ; ma mère, mon père enseignaient les arts plastiques... On ne vient pas de nulle part ! Avant de me décider à utiliser cette forme d’expression, il m’aura fallu un certain temps (sourires)... et l’école des Beaux-Arts où j’ai étudié l’architecture... Ma rencontre au Musée de Cologne de l’œuvre de Richter fut une vraie claque. J’avais déjà ses toiles dans la tête avant de le connaître... (rires). Et puis il y a Turner, peintre anglais, abstrait avant l’heure, un précurseur qui inspira bon nombre d’impressionnistes... Enfin, tous ces contacts humains qui ont émaillé mon parcours d’enseignant.

Dessin, huiles, aquarelle, vos supports sont multiples ? Comment se renouvelle-t-on ?

A chaque fois, dans la recherche picturale, on trouve une nouvelle liberté aux choses. J’ai besoin de l’extérieur, d’un environnement extérieur, du patrimoine architectural et de ses paysages immédiats. Je peins sur site. Ce sont mes principales sources d’inspiration. Et depuis 2007, j’ai troqué le couteau pour le rouleau d’imprimerie et je peins sur bois. Dans une espèce d’urgence. Le mouvement m’est essentiel.

Un genre de performance ?

En tous cas, l’approche devient plus spontanée, c’est la gestuelle qui guide alors le mouvement. L’esprit est mis sous pression, et concentré sur une retranscription instinctive, qui permet de délivrer l’image par le geste. C’est sans doute la pratique de certaines activités comme l’escrime, la danse, le violon qui m’a offert cette ampleur dans le geste. Et crée sans doute fortuitement ce contraste voulu de la matière. La gestuelle fait partie de ma technique. Et me permet de m’extraire des contraintes liées au dessin d’architecture, de sortir d’un cadre induit par ma formation...

Sortir des limites du cadre, de la toile ? Pour dépasser le figuratif ?

Le rouleau à imprimerie m’a permis de m’évader d’une construction trop rigide. Le cheminement, quoiqu’il en soit, demeure évolutif avant de tendre vers l’abstrait... en utilisant les masses, la superposition d’éléments architecturaux, les effets de matière, la lumière, la transparence.

Contact : Pascal Bloch 3 rue du Cers - Ginestas +33 (0)6 78 70 63 09

Visite de l'atelier sur rendez-vous / Exposition permanente.

FESTIVAL ARTISTES AU SOMAIL - 31 mars, 1er et 2 avril - Hameau le Somail

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly